< Retour aux actualités
Retail

Pièces détachées : 4 raisons de les distribuer

Pièces Détachées

Aujourd’hui quand on évoque la Supply Chain, spécialement dans le monde de la distribution, on pense immédiatement à des flux de produits finis, à des biens de grande consommation. Les pièces détachées, ces produits moins « nobles », sont, quant à elles, les grandes oubliées de l’équation. Jusqu’à maintenant.

En effet, les modes de consommation changent et l’engouement n’est plus au tout jetable, mais au réutilisable, au réparable. En témoigne la mise en place de l’indice de réparabilité déployé début 2021 sur certaines catégories de produits. Ainsi, l’oubliée prend aujourd’hui toute sa place dans la chaîne. Voyons ici pourquoi il faut intégrer les pièces détachées dans une logique de Supply Chain.

Parce qu’on maîtrise la profondeur des opérations de son service après-vente

Quand on décide de mettre en place une Supply Chain dédiée à ses pièces détachées, l’idée derrière est souvent liée au démarrage d’un service après-vente spécifique aux produits distribués. (Ou alors d’un « simple » nouveau canal de vente, sujet que nous détaillerons ci-après). Pour maîtriser les opérations liées à ce service, il est indispensable de maîtriser également les flux de pièces. Ceci est nécessaire comme pour n’importe quel autre flux. Quant à savoir s’il faut dimensionner ses opérations après-vente en fonction des pièces disponibles/peu coûteuses ou inversement, il s’agit-là d’un sujet à part entière à cadrer lors des réflexions initiales !

Parce qu’on maîtrise la promesse associée à son service après-vente

Le corollaire de notre point précédent nous amène inévitablement à la qualité de la promesse client. La promesse client est aujourd’hui encore très axée sur le produit fini, sa disponibilité, sa qualité, son délai de livraison… En revanche dès qu’il s’agit du service après-vente de ces mêmes produits, la promesse s’étiole rapidement, voire disparaît ! La faute à qui ? À la difficulté de mettre en place et maintenir un service après-vente/client de qualité mais aussi à la gestion d’éléments exogènes non maîtrisés comme les pièces détachées. Ainsi, si l’on ne maîtrise pas la Supply de ses pièces détachées, on ne maîtrise ni le délai ni la profondeur des réparations possibles, donc on est incapable de proposer une promesse cohérente et tenable à ses clients. CQFD

Parce qu’on s’ouvre un nouveau canal de ventes

Comme évoqué en introduction, les habitudes de consommation changent et la tendance est aujourd’hui à la durabilité. Les clients vont donc se tourner plus naturellement vers des distributeurs/industriels qui proposent à leur catalogue les pièces détachées de leurs produits. La mise en place d’un canal maîtrisé en amont va donc permettre de capter un nouveau volume d’affaires auparavant laissé à des distributeurs spécialisés dans le domaine. Ce service peut par ailleurs être complétement décorrélé des opérations de réparations, pour proposer uniquement un service de vente (avec bien évidemment une promesse qui lui sera propre !).

Parce qu’on mutualise avec les flux existants

Enfin, bien évidemment, on peut mutualiser les flux des pièces détachées avec les flux existants. Dans le cadre d’un distributeur, les pièces détachées seront achetées aux mêmes fabricants de produits finis et pourront transiter par les mêmes moyens, optimisant ainsi les coûts de transport. De la même manière, les achats massifiés pourront permettre des économies d’échelle.

Ainsi, la tendance se confirmant avec plus de réutilisable et plus de réparable, il semble indispensable d’investir judicieusement dans la logistique des pièces détachées. Même si ce n’est pas pour proposer les opérations qui vont avec, l’option du catalogue pourra également faire figure de porte d’entrée, notamment pour les distributeurs vers qui les clients se tournent automatiquement lors de la panne d’un produit acheté dans leur enseigne.

Transformer son service client/service après vente en 5 points clés – Findle

Pièces détachées : la gestion des stocks – Findle

Indice de réparabilité | Ministères Écologie Énergie Territoires (ecologie.gouv.fr)

Thomas, associé Findle

Thomas
Associé