< Retour aux actualités
Logistique

Délais de livraison : jusqu’où ira-t-on ?

La course à la réduction est un phénomène bien connu et qui s’accentue ces dernières années au-delà du simple spectre matériel : de la célèbre réduction des coûts qui, dans la distribution, se matérialise notamment par l’avènement des enseignes discount, jusque, plus récemment, à la course au délai de livraison le plus court.

Si Amazon a démocratisé le J+1 voir même H+2, il est aujourd’hui courant de voir de plus en plus de d’enseignes proposer des délais de livraison de l’ordre de la dizaine de minutes (l’exemple notamment de Cajoo avec une promesse de livraison qui peut atteindre les 15minutes).

Si l’expérience client peut être mise en avant sur ce type de service, plusieurs points nécessitent quand même une réflexion plus approfondie avant d’accélérer encore la cadence. Nous distinguerons 2 points purement techniques et une dimension sociétale :

  • La question du coût d’une telle promesse arrive généralement en premier. Accélérer une livraison coûte cher et ce coût est exponentiel à mesure que le temps diminue. Au-delà de la rapidité de préparation qui est le premier défi à relever (si on ajoute notamment une mécanisation qui peut gonfler le ticket d’investissement), la flotte de livraison, qu’elle soit motorisée ou non, devra mécaniquement être conséquente pour répondre à la demande. Il sera également plus difficile de grouper les commandes à livrer si la fenêtre est restreinte
  • Intimement lié à la question économique, la proximité du stock disponible implique un maillage de mini-entrepôts très dense. Exclusivement réservée à une population urbaine, cette livraison implique que le réseau d’entrepôts soit certes réfléchi mais en premier lieu disponible ! Ce qui reste une denrée rare dans les grandes agglomérations…
  • Enfin, toute cette mécanique repose néanmoins sur une hypothèse structurante à vérifier : le besoin client. Dans une actualité où la sobriété et la consommation raisonnée sont de plus en plus mises en avant, quel intérêt et importance apporte un client à une livraison aussi rapide ?

Ainsi, compte tenu de ces différents points, si la faisabilité et la viabilité d’une telle promesse sont encore à éprouver sur le long terme, il est fort à parier que les délais sont en train d’atteindre leur asymptote. Si cette pratique peut s’avérer envisageable sur des courses d’appoint ou d’urgence, la pérennisation d’un service type LAD classique semble difficilement tenable. Enfin, l’angle sociétal sur le bien fondé de tels besoins apporte un angle de vue à prendre sérieusement en compte avant de se lancer dans une mode qui pourrait s’avérer aussi courte que sa promesse de livraison !

Thomas, associé Findle

Thomas
Associé